Arthrodèse mal de dosSanté 

Arthrodèse : le déroulement de l’intervention chirurgicale

Pour traiter certaines pathologies du dos, une technique chirurgicale est souvent proposée par le chirurgien. On parler notamment ici de l’arthrodèse ou de l’arthrodèse lombaire. Mais, quand faut-il la pratiquer ? Comment se passe l’intervention ? Quels sont les résultats de l’opération ? Les réponses à toutes ces questions sont dans ce dossier.

L’arthrodèse : de quoi il s’agit ?

Arthrodèse mal de dos

L’arthrodèse est une intervention chirurgicale visant à fusionner une ou quelques vertèbres douloureuses de la colonne lombaire. Et cela, de manière définitive.

Le but de cette technique chirurgicale est d’éliminer les mouvements entre ces vertèbres pour qu’elles puissent se comporter comme un os unique et solide. Plus exactement, l’idée est de bloquer les vertèbres entre elles afin de traiter un problème.

Une telle intervention se décline, pour la plupart du temps, de manières distinctes. Cela diffère selon la nature de la douleur du patient et des impératifs techniques. Ainsi, le chirurgien, en tenant compte de la pathologie à traiter, peut adopter la chirurgie conventionnelle ou mini-invasive, par voie postérieure ou le dos, latérale ou bien antérieure, le ventre.

Dans quels cas faut-il pratiquer une arthrose lombaire ?

L’arthrodèse doit être pratiquée par un chirurgien spécialiste dans différents cas.

La douleur lombaire ou lombalgie

Une arthrodèse s’impose lorsqu’une personne ressent des douleurs lombaires causées par une atteinte de ses disques intervertébraux. Cela peut être une inflammation, une usure ou une hernie discale.

Lisez aussi :  Pourquoi devriez-vous consulter un ostéopathe ?

La sténose spinale

Il est nécessaire de procéder à une arthrodèse postérieure quand une sténose spinale se présente. C’est-à-dire, un rétrécissement d’une partie de la colonne vertébrale. Cela induit souvent des irritations à la moelle épinière ou encore au sein des racines d’un ou plusieurs nerfs.

L’atteinte des os de la colonne vertébrale

Quand des blessures ou des fractures des os de la colonne vertébrale se présentent, l’intervention chirurgicale est utile. Une arthrodèse doit aussi débuter en cas d’instabilité de la colonne vertébrale provoquée par une tumeur ou une infection.

Le spondylolisthésis

Le chirurgien pratique également l’arthrodèse chez un patient souffrant de spondylolisthésis. Plus exactement, il s’agit d’une affection qui se caractérise par un glissement d’une vertèbre en avant d’une vertèbre se situant en dessous ou en arrière d’elle.

Comment se déroule une arthrodèse ?

Quelle que soit l’approche choisie par le chirurgien, conventionnelle ou mini-invasive, l’intervention chirurgicale se déroule sous anesthésie générale.

Selon le type de chirurgie choisie, le praticien réalise une ou quelques incisions cutanées pour accéder à la colonne vertébrale. La taille de ces dernières varie en fonction du nombre de vertèbres à consolider. Cela se fait directement en bas du dos ou sur le côté ou sur la partie basse de l’abdomen.

Le chirurgien utilise un matériel métallique spécifique pour atteindre les vertèbres et pour pouvoir les immobiliser afin de les fusionner :

  • Une vis et des tiges associées ou non à une cage intersomatique établie à la place du disque pour une chirurgie par voie postérieure.
  • Des cages intersomatiques spécifiques pour une intervention par voie antérieure et latérale.
Lisez aussi :  Quels traitements naturels pour une côte fêlée ?

Pour permettre la liaison des vertèbres, outre le matériel métallique, le médecin utilise également des greffons osseux.

Une fois que l’incision est refermée, l’intervention prend fin. Le patient doit, par contre, rester encore quelques jours à l’hôpital.

Qu’en est-il du résultat de l’arthrodèse ?

L’arthrodèse favorise la diminution des douleurs lombaires qui sont liées à la dégénérescence des articulaires et des disques. Elle permet aussi souvent de corriger les déformations douloureuses du rachis. Elle évite l’étirement des nerfs, des muscles ainsi que des ligaments proches.

Or, sachez que cette intervention chirurgicale peut également réduire la souplesse de la colonne vertébrale. Quoi qu’il en soit, elle ne limite pas autant le mouvement de cette dernière, dans l’ensemble.

Les résultats sont, pour la plupart des cas, durables et le niveau de confort s’améliore rapidement. Après l’opération, le patient peut reprendre l’activité physique sans souci, mais de manière progressive. D’ailleurs, le chirurgien reste un bon conseiller pour le patient venant d’être opéré. Il lui montre comment se déplacer correctement, se lever et s’asseoir tout en proposant un traitement médical, anti-inflammatoire ou des antalgiques, ainsi qu’une meilleure rééducation.

Pages sur le même sujet

Leave a Comment